Un voyage scolaire à Auschwitz annulé pour des collégiens de Lyon

Abonnez-vous à la newsletter

Une centaine d’élèves des collèges de l’agglomération lyonnaise devaient se rendre au camp d’extermination d’Auschwitz. Pour des raisons de sécurité, la métropole préfère différer le voyage.

Les collégiens du Grand Lyon n’iront finalement pas à Auschwitz. En cause : la guerre en Ukraine qui s’intensifie et le site du camp qui se trouve à un peu plus de 200 km de Lviv, une zone de forte tension, proche de la frontière polonaise.

Dans le même temps, les collégiens rhodaniens, qui dépendent du Conseil départemental du Rhône, vont pouvoir continuer de s’y rendre avec leurs enseignants en avion, comme cela se pratique depuis des années. Direction identique, double décision. Mais double langage ?

Une petite phrase prononcée pendant des voeux

Depuis que le sujet a été évoqué à l’occasion des vœux de Christophe Guilloteau, le président du Conseil départemental, en milieu de semaine dernière, un début de polémique a vu le jour. Un motif clef a été avancé par les détracteurs de la Métropole, pointant du doigt une vision anti-avion de la vice-présidente de la Métropole, chargée des collèges et de la mémoire.  Christophe Guillote accusait dans les colonnes du Progrès l’exécutif écologiste de « sacrifier le voyage de la mémoire au nom de leur militantisme exacerbé »  contre l’usage de l’avion.

Des critiques alimentées par le Département

Visiblement encore très remonté par le fait qu’en 2022 le voyage à Auschwitz des collégiens du Rhône et de la Métropole de Lyon avait été remplacé au pied levé par une opération humanitaire pour ramener à Lyon des femmes ukrainiennes et des enfants, le président du département ne ménage pas l’exécutif écologiste. Alors que la Métropole de Lyon explique avoir pris cette décision en raison de la guerre en Ukraine non loin, Christophe Guilloteau rétorque auprès de nos confrères « si c’était dangereux, croyez-vous qu’il y aurait autant de vols quotidiens en Pologne ?« . Surtout que du 7 au 8 mars, le département du Rhône enverra 120 collégiens visiter le camp d’Auschwitz, à l’instar de ce qu’ont pu faire des collégiens de « Caluire-et-Cuire et Sa

Ce lundi 23 janvier, à l’occasion de l’examen du budget primitif de la Métropole, le sujet est revenu sur le tapis. Philippe Cochet, président du groupe d’opposition Métro positive, s’avoue très choqué de l’abandon de ce voyage. « On nous a expliqué que cela était dû aux risques liées à la guerre. Mais je rappelle que nous avons effectué ce même voyage à l’automne dernier, des collégiens issus de plusieurs communes et tout s’est parfaitement passé », souligne le maire (LR) de Caluire-et-Cuire, « une ville où nous sommes particulièrement attachés à l’histoire de cette époque, à celle de la résistance avec Jean Moulin. »

Le maire (LR) de Saint-Priest, Gilles Gascon, avait soutenu un voyage similaire en octobre 2022 avec le même résultat selon lui satisfaisant. « En fait, on a du mal à comprendre la raison de l’annulation de ce voyage par la Métropole. »

Trop à risques selon l’exécutif métropolitain

Vice-présidente chargée des Collèges, de l’Education et de la Mémoire, Véronique Moreira se retrouve en première ligne. C’est elle qui pilote ces voyages mémoriels. Enseignante de formation, membre d’EELV, elle est sensible aux questions d’environnement et de précarité. Mais dans ce dossier, elle invoque tout autre chose que les avions et leur bilan carbone détestable : « Cette annulation est totalement liée au contexte politique actuellement [dans cette région de l’Europe]. En 2022 déjà nous avions déjà renoncé à ce voyage à cause de la guerre. »

Presque un an après l’invasion russe, l’intensité de la guerre s’est accrue, fait remarquer l’élue. Cette dernière ne cache pas avoir consulté les parents d’élèves, les enseignants, le rectorat, des associations qui portent la mémoire de la Shoah et de la résistance. Tout le monde était d’accord pour ne pas tenter le voyage dans les conditions actuelles, laisse-t-elle entendre. « De notre responsabilité, nous avons considéré que ce n’était pas le moment d’envoyer des jeunes dans un pays très proche de l’Ukraine.»

Sources francetvinfo et lyoncapitale 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*