Le philanthrope juif Nessim Gaon décède à 100 ans

Abonnez-vous à la newsletter

Sioniste convaincu, Gaon a combattu avec l’armée britannique pendant la Seconde Guerre mondiale, a aidé des survivants de l’Holocauste à immigrer en Israël, et a aidé le Mossad à sauver des Juifs éthiopiens du Soudan.

Le financier et philanthrope juif Nessim Gaon est décédé mardi à Genève, en Suisse, à l’âge de 100 ans. Gaon était un sioniste convaincu et a généreusement aidé Israël et la communauté juive séfarade.

Gaon a agi en tant que président de la Fédération mondiale séfarade – une organisation responsable des besoins éducatifs et sociaux des juifs séfarades en Israël et dans la diaspora – de 1973 jusqu’à sa mort. Il a également été vice-président du Congrès juif mondial et président de United Jewish Appeal et de la société Bonds en Suisse.

Gaon est né au Soudan en 1922 dans une famille juive séfarade arrivée à Khartoum en provenance d’Égypte et originaire de Turquie. Gaon a fréquenté la London School of Economics and Political Science, et après avoir obtenu son diplôme en 1940, il s’est porté volontaire dans l’armée britannique.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a participé à des batailles en Italie, en Irak et en Iran, et a été libéré de ses fonctions en 1946 avec le grade de capitaine. Après la guerre, Gaon a utilisé son influence et ses relations pour aider les survivants de l’Holocauste à immigrer en Israël.

Gaon a commencé à négocier des matières premières tout en se spécialisant également dans les céréales et les pesticides. Il s’installe à Genève avec sa femme Renée, où il fonde sa société immobilière, Noga. Son entreprise a collaboré avec la multinationale hôtelière Hilton, ouvrant ensemble des hôtels en Suisse, en France et au Nigeria. La richesse personnelle de Gaon était estimée à quelque 5 milliards de dollars au milieu des années 1980. Cependant, Noga a fait faillite en 1996 suite à un différend avec le gouvernement russe.


Gaon avait des liens très étroits avec le président d’Israël, Shimon Peres, et le premier ministre d’Israël, Menachem Begin. En 1979, Gaon était l’invité personnel de Begin à Ismaïlia lorsqu’il rencontra le président égyptien de l’époque, Anouar Sadate. Suite à la signature du traité de paix entre Israël et l’Égypte cette année-là, Gaon et la communauté juive séfarade de Genève ont fait un don pour la restauration de la synagogue Sha’ar Hashamayim au Caire en 1980. Très influent dans la communauté juive, Nessim Gaon avait créé en 1972 avec son épouse la synagogue Séfarade Hekhal Haness dans le quartier de Malagnou.

Gaon a également aidé l’agence de renseignement nationale israélienne, le Mossad, lors de son opération visant à faire venir des Juifs israéliens d’Éthiopie. Au cours de l’opération, Gaon a contribué à la mise en place d’un faux site de plongée au Soudan. Les agents du Mossad ont exploité le site comme s’il était réel, en utilisant de vrais équipements, des instructeurs de plongée et même de vrais touristes, et la nuit, ils embarquaient des immigrants éthiopiens sur des canots pneumatiques et les transportaient vers des navires israéliens qui les emmenaient finalement en Israël.


Le président Isaac Herzog a fait l’éloge de Gaon et a déclaré : « Nessim a toujours été fier de l’héritage juif mizrahi et il a soutenu Israël tout au long de sa vie. Il a apporté une contribution significative à la société israélienne. »

Line Tubiana avec ynet

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*