Le nouveau pansement de Hossam Haick rend les sutures inutiles

Abonnez-vous à la newsletter

L’équipe du Pr Hossam Haick a développé un pansement en maille polymère qui contracte les bords de la plaie et permet la cicatrisation de la peau sans sutures.

Une équipe de chercheurs du Laboratoire des dispositifs à base de nanomatériaux (LNBD) du Technion dirigé par le célèbre Hossam Haick, inventeur du Na Nose, affirme avoir mis au point une méthode pour faire un pas de géant dans le domaine de la chirurgie. En effet, l’essentiel pour tout chirurgien est sa capacité à couper puis relier par des sutures. Mais les points de suture comportent souvent un risque d’infection, ainsi que la nécessité d’une procédure de retrait si le fil ne se dissout pas.

Le professeur Hossam Haick et équipe du Technion, basé à Haïfa, affirment qu’ils peuvent désormais se passer de la suture. Dans un article qu’ils ont récemment publié dans Advanced Materials, l’équipe décrit comment ils ont créé un maillage nanomoléculaire qui lie efficacement la peau en quelques secondes, tout en protégeant la plaie d’une inflammation supplémentaire.

Les os, la peau et les plaies peuvent se réparer si on leur en donne l’occasion. Fondamentalement, tous les matériaux et procédures qui relient les plaies sont là pour aider le corps à guérir biologiquement. Lorsque vous coupez accidentellement vos légumes à la main, la solution de prédilection depuis l’Égypte ancienne consiste à faire des sutures qui rapprochent les bords de la peau pour l’aider à créer de nouveaux tissus et à se reconnecter.

L’équipe Technion a développé un pansement en maille polymère avec du soufre, de l’azote et du bromure de cétyltriméthylammonium, qui contracte les bords de la plaie et permet la cicatrisation de la peau – sans que les points de suture ne la maintiennent ensemble. Le nouveau dispositif en nanomatériaux peut également résoudre le problème des infections en utilisant des capteurs dans le pansement pour surveiller.

« Je regardais un film sur la robotique futuriste avec mes enfants tard un soir », a déclaré le professeur, « et j’ai pensé : et si nous pouvions vraiment fabriquer des capteurs auto-réparateurs ? »

Le pansement du laboratoire de Haick – basé sur des études de Muhammad Khatib, une membre de son équipe, et du postdoctorant Dr Ning Tang – intègre des capteurs pour les niveaux d’acidité du pH, les niveaux de sucre (glucose) et les changements de température – tous les indicateurs d’une éventuelle bactérie envahissement des tissus. Lors de la détection d’une infection, la maille aurait également la capacité de libérer des antibiotiques directement sur la zone.

« C’est une nouvelle approche du traitement des plaies », a déclaré Haick. « Nous introduisons les avancées de la quatrième révolution industrielle – des appareils intelligents et interconnectés – dans le traitement quotidien des patients. »

Line Tubiana avec jpost

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*