La nomination d’Effi Eitam à la direction de Yad Vashem est très contestée

Abonnez-vous à la newsletter

L’historienne juive Deborah Lipstadt, ainsi que près de 160 universitaires, historiens, conservateurs de musée, survivants de l’Holocauste et autres, ont signé une pétition s’opposant à la nomination d’Effi Eitam en tant que nouveau président de Yad Vashem.

Eitam est un ancien général de brigade de Tsahal et homme politique de droite qui a dans le passé fait des commentaires approuvant le transfert forcé de population de Palestiniens et s’est prononcé en faveur du blocage de la participation arabe israélienne à la politique nationale. Il a cependant été choisi par le ministre de l’Enseignement supérieur Ze’ev Elkin pour occuper le poste de président de Yad Vashem, qui sera bientôt libéré par le titulaire, Avner Shalev.

S’adressant au Jerusalem Post, Lipstadt a déclaré que la nomination d’Eitam politiserait et ternirait Yad Vashem et que les ministres du gouvernement israélien porteraient la responsabilité de ces conséquences néfastes s’il était nommé.

Dans leur pétition, les historiens, les conservateurs et les experts de l’Holocauste ont noté que l’objectif déclaré de Yad Vashem est «non seulement la documentation, la recherche et l’éducation, mais aussi la prévention de la barbarie et des futurs actes de génocide», et que son École internationale d’études sur l’Holocauste vise à combattre «antisémitisme, racisme et exclusion» au sein de la société en général.

«Cette mission urgente, d’encourager la société civile à surveiller activement, à impliquer et à intervenir partout où le racisme et la haine menacent des groupes et communautés religieuses, ethniques ou autres, risque maintenant d’être remise à l’extrémiste de droite et politicien historiquement analphabète Effi Eitam », ont écrit les pétitionnaires.

«Nous sommes choqués par cette proposition scandaleuse et nous protestons contre elle dans les termes les plus forts possibles. La rhétorique haineuse d’Eitam envers les Arabes et les Palestiniens israéliens s’oppose à la mission déclarée de Yad Vashem. Sa nomination à la présidence de Yad Vashem transformerait une institution internationalement respectée consacrée à la documentation des crimes contre l’humanité et à la poursuite des droits de l’homme en plaisanterie honteuse

«Une institution ayant la réputation, l’importance et la signification de Yad Vashem ne doit pas être politisée. Cela dénigrerait l’institution, tout ce qui a été fait, et une telle nomination menace de politiser Yad Vashem, et ce serait une tragédie », a déclaré Lipstadt. Elle décrit Yad Vashem comme «le joyau de la couronne» des centres de mémoire et de recherche sur l’Holocauste, et a déclaré qu’il y avait de nombreux autres candidats possibles vers lesquels les ministres du gouvernement pourraient se tourner. «Si Eitam est nommé, ils porteront la responsabilité de la perte de l’excellente réputation d’une institution de classe mondiale», a-t-elle conclu.

Eitam n’a fait aucun commentaire. Mais son passé n’est pas cohérent avec la direction de Yad Vashem.

En 2006, lors d’un événement commémoratif pour un soldat tué lors de la première guerre du Liban, Eitam a déclaré qu’Israël devrait «expulser la grande majorité des Arabes de Judée et de Samarie». Puis il a déclaré que les Arabes israéliens doivent être «expulsés» du système politique israélien », décrivant les Arabes israéliens comme« une cinquième colonne », et affirmant que« nous ne pouvons pas continuer à permettre une présence aussi large et hostile au sein de la politique israélienne.

Eitam a également été critiqué en raison d’un incident dans sa carrière militaire en 1988, au cours duquel des soldats sous son commandement ont battu à mort un captif palestinien lors d’une opération militaire à Gaza. Les soldats impliqués ont déclaré qu’Eitam avait donné l’ordre de battre les captifs, et l’avocat général militaire l’a réprimandé pour l’incident, sans toutefois le poursuivre.

Les protestataires ont donc raison : cette personnalité n’est pas à l’image de Yad Vashem, et sa nomination serait contre nature, et risquerait de détourner toute une population éprise de justice des actions initiées par le mémorial. Le pire qui puisse arriver après tant d’efforts.

Line Tubiana avec jpost

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*