Six écoles arabes de Jérusalem perdent leur licence éducative

Abonnez-vous à la newsletter

La ministre de l’éducation Yifat Shasha-Biton a révoqué les licences éducatives permanentes de six écoles de Jérusalem pour « incitation contre Israël et les FDI » découvertes dans leurs manuels scolaires en arabe.

Des documents incendiaires ont été découverts lors d’inspections menées par le bureau de contrôle et d’autorisation du ministère de l’Éducation dans six écoles de Jérusalem-Est.

Des documents à caractère antisémites dans les manuels scolaires sont utilisés dans ces écoles. Selon le rapport des inspecteurs du ministère de l’Éducation, ils contenaient :

  • la glorification des prisonniers palestiniens et de leur lutte contre l’État d’Israël,
  • des incitations à la haine au moyen d’histoires fabriquées de toutes pièces, sur le refus de traitement de patients arabes,
  • Des Fake News sur des soi-disant persécutions délibérées contre le personnel médical arabe,
  • Des accusations qu’Israël est responsable de la crise de l’eau dans l’Autorité palestinienne,
  • Des histoires de massacres par l’armée israélienne.
  • De faux récits d’assassinats et de déportations.

Par exemple, dans le livre destiné aux élèves de troisième année sur le thème des « études sociales », on raconte l’histoire du garçon Nidal, à qui des camarades de classe sont venus rendre visite. Nidal raconte à ses amis que des « occupants sionistes » ont fait irruption dans leur maison la nuit précédente et ont arrêté leur père. Après cela, la mère de Nidal commence à le consoler avec ces mots : « Ne t’inquiète pas, Nidal, ton père est devenu un prisonnier, comme des milliers d’autres prisonniers arabes. Ils se battent pour notre peuple arabe et s’opposent à l’occupation sioniste. Pour cela, ils ont été emprisonnés, et nous leur souhaitons une libération rapide avec l’aide de Dieu, comme nous souhaitons la fin de l’occupation. »

« L’incitation contre l’État d’Israël et les soldats de Tsahal dans les manuels scolaires des enfants est un phénomène intolérable qui sera traité avec sévérité », a affirmé Mme Shasha-Biton.

Au début du mois, un lycée de Jérusalem-Est a suscité l’indignation après la diffusion d’une vidéo montrant une pièce de théâtre dans laquelle des élèves déguisés pointaient des armes sur d’autres élèves déguisés en juifs religieux, les yeux bandés et à genoux.

Source israel247

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*