Un terroriste libéré après 35 ans de prison pour meurtre d’un soldat

Abonnez-vous à la newsletter

Un terroriste qui a purgé une peine de 35 ans pour le meurtre d’un soldat de Tsahal a été libéré de prison lundi matin. La famille du soldat tué a fait appel au ministre de l’Intérieur pour demander la révocation de sa citoyenneté.

Rushdi Hamdan Abu Mukh a été condamné pour le meurtre du soldat de Tsahal Moshe Tamam en 1984 aux côtés de trois autres complices – Walid Daka, Ibrahim Abu Mukh et Ibrahim Abdel Razek Bayadseh – tous citoyens israéliens de Baqa al-Gharbiyye opérant au nom du Populaire. Front pour la libération de la Palestine (FPLP). Les quatre terroristes ont été condamnés à la prison à vie, mais la peine d’Abu Mukh a été commuée à 35 ans en 2012 par le président d’alors Shimon Peres.

La famille de Tamam fait appel au ministre de l’Intérieur Arye Deri depuis le début du mois de mars, exigeant qu’il révoque la citoyenneté d’Abu Mukh. « Nous regrettons de ne pas avoir été tenus courant de la modification de la peine du terroriste en 2012 », a déclaré à Ynet Oren Tamam, le frère de Moshe. « On ne sait pas comment cela s’est produit. Je ne me souviens pas d’un cas précédent. C’est une situation très difficile pour mes parents et pour nous les frères et sœurs. Il retournera chez lui à Baqa al-Gharbiyye, tout près de chez nous qui vivons à Netanya. La simple pensée de le croiser dans la rue est horrible. »

La mère de Moshe, Galia, a elle aussi déploré la libération anticipée d’Abu Mukh de prison. « Est-ce que cela a un sens que le terroriste qui a tué mon fils soit libre? Ils ont pris mon fils, l’ont assassiné, et maintenant son assassin est libre? Est-ce que cela a un sens ce qui se passe dans ce pays? Mon fils a été assassiné et maintenant sa famille embrasse le meurtrier. Je me sens malade comme une mère doublement endeuillée depuis que cela s’est produit. Toute la famille l’est. Mon fils a été assassiné, et les meurtriers ont obtenu une éducation supérieure gratuite en prison et maintenant l’un d’eux va vivre parmi nous.

La petite-fille de Galia, le Dr Ortal Tamam, a protesté contre cette décision, craignant que ses proches ne rencontrent le tueur au cours de leur vie quotidienne. « Maintenant à Baqa al-Gharbiyye, ils préparent une fête de bienvenue pour lui. Il est impensable que l’assassin d’un soldat de Tsahal, se vante du meurtre qu’il a commis, et rentre chez lui », a-t-elle déclaré. La famille a donc exhorté dimanche le ministre de la Sécurité publique Amir Ohana d’empêcher les célébrations prévues d’avoir lieu.

« Le tueur Rushdi Abu Mukh sera le voisin de ma famille. Si la citoyenneté d’un meurtrier de soldat n’est pas révoquée, alors à qui? » rajoute le Dr Tamam. « Pourquoi le ministre de l’Intérieur a-t-il le pouvoir de révoquer la citoyenneté sinon pour ce genre de cas? Grand-père et grand-mère ont payé le prix ultime pour ce pays. Ils ne méritent pas de se heurter au meurtrier de leur fils au supermarché, au marché, ou en attendant chez le médecin. Ils ne méritent pas de vivre dans la peur ».

Dimanche, le ministre de l’Intérieur Deri a fait appel aux responsables de la défense pour obtenir leur avis sur la question de la procédure de révocation de la citoyenneté. Le ministère de l’Intérieur a déclaré que la défense s’opposait à une telle démarche. En conséquence, Deri convoquera une commission urgente pour approfondir la question.

Line Tubiana avec ynet

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*