Pfizer arrête ses livraisons de vaccins vers Israël qui a cessé les paiements

Abonnez-vous à la newsletter

Pfizer a interrompu les livraisons de vaccins vers Israël, indigné par le fait que le pays ne règle pas les 2,5 millions de vaccins qu’il a fournis au pays.

Les hauts responsables de Pfizer ont déclaré qu’ils craignaient que ce gouvernement de transition ne paie pas et que l’entreprise ne souhaite pas être exploitée. Ils ont dit ne pas comprendre comment une telle situation peut se produire dans un pays organisé. Galei Tsahal a même rapporté que Pfizer avait qualifié Israël de «république bananière».

Un envoi de 700 000 doses devait arriver en Israël dimanche mais a été suspendu jusqu’à nouvel ordre. Israël a payé les 10 premiers millions de vaccins reçus pour gérer la plus grosse partie de sa campagne de vaccination de masse. Quand Israël a commencé à manquer de vaccins au début de l’année, la société a accepté d’envoyer des doses supplémentaires. Problème : le gouvernement n’a jamais approuvé ce bon de commande.

Jusqu’à présent, Israël a dépensé 2,6 milliards de shekels en vaccins contre le coronavirus, a-t-il été révélé le mois dernier lors d’une réunion du comité des finances de la Knesset. En général, le gouvernement ne discute pas du coût des vaccins en raison d’accords de confidentialité avec les entreprises. On sait qu’Israël a payé beaucoup plus par vaccin que tout autre pays.

Le ministère de la Santé avait fait pression sur le gouvernement pour qu’il approuve l’achat de 3,5 milliards de shekels supplémentaires – plus de 30 millions de vaccins – avant Pessah et le gouvernement devait se réunir lundi dernier. Cependant, la réunion a été reportée indéfiniment en raison d’un conflit entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le Premier ministre suppléant Benny Gantz.

Gantz a annulé la réunion en raison du refus de Netanyahu d’approuver la nomination permanente d’un ministre de la Justice. Son mandat de ministre de la Justice par intérim a pris fin le 2 avril, trois mois après avoir pris le poste à la place d’Avi Nissenkorn, démissionnaire.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein s’est entretenu avec Gantz dimanche soir pour essayer de le persuader de l’importance de payer les achats déjà reçus, pour aller de l’avant. Un porte-parole de Gantz a déclaré au Post que « même si le Premier ministre a fait beaucoup pour nuire au fonctionnement du gouvernement », le Premier ministre suppléant « ne fera rien qui affectera la santé du peuple israélien en refusant les vaccins ».

Néanmoins, des sources du bureau de Gantz ont souligné que si cette réunion est si urgente pour Edelstein, «tout ce qu’il a à faire est d’appeler le Premier ministre Netanyahu et de lui demander de nommer un ministre de la Justice».

Le bureau de Gantz a en outre affirmé que l’achat des 2,5 millions de vaccins avait déjà été approuvé et que tout retard de paiement était imputable au ministère de la Santé.

Les responsables de la santé craignent qu’Israël ne rate l’occasion d’acheter les vaccins, qui sont recherchés par les pays du monde entier. Le commissaire aux coronavirus, le professeur Nachman Ash, a déclaré au Post que si Israël ne signait pas rapidement les contrats nécessaires, Israël pourrait ne pas être en mesure de vacciner ses enfants ou de fournir aux citoyens des injections de rappel contre des variantes résistantes aux vaccins.

«Il y a une réelle concurrence pour acheter des vaccins dans les pays du monde entier», a déclaré Ash dans une interview la semaine dernière. «Nous voulons préserver notre place en tête de liste et pouvoir les vaccins obtenir au moment où ils sont le plus nécessaires.»

Line Tubiana avec jpost

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*