Le prix Nobel Joshua Angrist avait quitté Israël pour retrouver un salaire décent

Abonnez-vous à la newsletter

Israël peut être très fier du succès du lauréat du prix Nobel, mais le fait qu’il ait quitté Israël indique un problème profond concernant l’émigration des cerveaux.

Alors que l’attribution du prix Nobel d’économie à l’économiste israélo-américain Joshua Angrist est un grand honneur pour Israël, il y a quelque chose de frustrant dans le fait que nous devons partager cet honneur avec les États-Unis. Angrist, originaire de Columbus, Ohio, a fait son aliya en Israël en 1982 et a passé trois ans à enseigner l’économie à l’Université hébraïque de Jérusalem avant de retourner aux États-Unis.

Dans une interview avec The Jerusalem Post en 2006, Angrist a expliqué pourquoi il avait quitté Israël. « J’étais fatigué de la situation ici », a-t-il déclaré à l’époque. « Le système israélien ne reflète pas la réalité des écarts de rémunération par domaine que l’on trouve dans le privé. C’est le système public, et ce n’est pas flexible. »

Angrist a déclaré qu’il était frustré que de nombreux salaires, en particulier dans le milieu universitaire, soient fixés sur la base de niveaux de rémunération fixes. Les professeurs dans des domaines tels que l’informatique et l’économie sont payés de la même manière que les professeurs de littérature, au lieu de voir leurs salaires fixés par les forces du marché, comme ils le sont ailleurs.

« Les personnes talentueuses qui aimeraient travailler en Israël doivent accepter le coût financier que cela implique », a-t-il déclaré à l’époque. « Il est difficile de retenir les gens avec ce genre de système. »

Angrist n’est pas le seul à ressentir cela. Le phénomène de « fuite des cerveaux » d’Israël, dans lequel nombre des meilleurs esprits du pays quittent Israël pour des opportunités plus lucratives à l’étranger, est discuté et documenté depuis des décennies.

En 2019, un rapport de l’Institution Shoresh pour la recherche socioéconomique a révélé que pour un universitaire arrivé en Israël, 4,5 universitaires ont quitté Israël pour poursuivre une opportunité à l’étranger. Ce nombre avait augmenté rapidement, trois ans plus tôt le rapport était de 1 pour 2,6.

L’émigration des meilleurs talents d’Israël nuit à nos entreprises de haute technologie, met à l’épreuve notre système médical et jette des doutes sur la capacité d’Israël à maintenir sa compétitivité dans tous les domaines.

C’est déjà une menace pour le secteur de la haute technologie en pleine ébullition d’Israël, qui s’est développé à un rythme époustouflant pendant la pandémie de coronavirus. Pour de nombreuses start-ups nouvellement financées, disposant de dizaines voire de centaines de millions de dollars de capital, le plus gros problème auquel elles sont confrontées est le manque de main-d’œuvre disponible pour alimenter une croissance continue.

De mauvaises politiques sociales et économiques ont des coûts considérables qui souvent ne peuvent pas être facilement mesurés. Lorsque les Israéliens se plaignent des bas salaires, des taux d’imposition élevés, d’une bureaucratie impénétrable et d’autres défis de la vie ici, nous ne pouvons pas simplement justifier les problèmes sous-jacents ou les éliminer. Beaucoup de gens, comme Angrist, n’attendront pas que les choses s’améliorent.

Qu’aurait pu accomplir Angrist en Israël s’il était resté à l’Université hébraïque au lieu de s’embarquer pour Boston ? C’est impossible à dire, mais cela vaut la peine pour Israël de réfléchir à la façon dont nous pouvons nous assurer que le prochain lauréat du prix Nobel reste ici.

Line Tubiana avec jpost

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*