Fureur des haredim contre Bennett : leur financement sera coupé

Abonnez-vous à la newsletter

L’inquiétude n’est pas que le caractère juif de l’État disparaisse, c’est en fait la crainte des coupures dans le budget allant à la communauté haredit.

Les dirigeants des factions haredit– Arye Deri du Shas, Moshe Gafni de Degel Hatorah et Ya’acov Litzman d’Agudat Yisrael – se sont affrontés mardi pour savoir qui proférerait la pire insulte au chef de Yamina, Naftali Bennett. « Le gouvernement dirigé par Bennett détruira le Shabbat », a déploré Deri. « Ce satan », a tonné Gafni. « Après avoir signé l’accord qu’il vient de signer, il devrait retirer sa kippa», a déclaré Litzman.

Les trois dirigeants crachaient du feu et du soufre lors de la conférence de presse à la Knesset, convoquée pour accuser Bennett de vouloir détruire le délicat statu quo qui régit les relations religion-État dans le pays.

Ils ont averti que le nouveau gouvernement que Bennett est censé diriger laissera les rabbins municipaux effectuer des conversions, diversifier la supervision de la cacheroute, modifier la façon dont les grands rabbins sont élus pour s’assurer qu’au moins l’un d’entre eux appartiendra au camp religieux-sioniste, autorisera le commerce et les le transport le jour du Shabbat et autorisera les mariages civils.

Bennett, ont-ils soutenu, ne menait rien de moins qu’une attaque contre le statu quo sacré du pays. Et ce même si l’accord de coalition de Bennett avec Yesh Atid stipule que le statu quo sera préservé.

Cachée sous cette exagération insensée, il y a une véritable préoccupation : celle de la présence au ministère des Finances de l’anti-haredim Avigdor Liberman. Son parti  assurera également la présidence de la puissante Commission des finances de la Knesset, et, les partis haredim siégeant maintenant dans l’opposition, leur financement sera réduit. Voila, on y est : l »inquiétude n’est pas que le caractère juif de l’État disparaisse, c’est en fait la crainte des coupures dans le budget allant à la communauté haredit.

Bien que Bennett ait déclaré que les budgets des yeshivot ne seraient pas réduits, les fonds gouvernementaux aux communautés haredim ne circuleront pas dans la même mesure que lorsque les partis haredim contrôlaient le ministère de l’Intérieur, le ministère des Services religieux, le ministère du Logement et la Knesset Finances. Commission – comme c’est le cas dans le gouvernement actuel.

Mais plutôt que de parler de la peur que le robinet soit coupé, il vaut mieux avertir que les nouveaux dirigeants de l’État juif le dépouilleront de sa nature juive. L’ironie ici est que le statu quo tant vanté que les partis haredim disent vouloir préserver si jalousement, s’est érodé au fil des ans alors que les partis haredim étaient au pouvoir.

Au cours des deux dernières décennies, l’activité commerciale du Shabbat a explosé, le grand rabbinat a perdu son monopole sur le marché de la cacherout, et bien que les mariages non religieux pour les couples juifs ne soient pas reconnus en Israël, ceux qui choisissent de vivre ensemble en tant que couples en union libre bénéficient presque des mêmes droits que ceux dont le mariage est enregistré par le Grand Rabbinat.

Leur priorité absolue, comme l’a dit récemment Shuki Friedman, directeur du Centre pour la religion, la nation et l’État à l’Institut israélien de la démocratie, « est le budget, pour maintenir le monde de la Torah : la vie religieuse, le financement des yeshivot et kollelim, sans lesquels la communauté haredit ne peut pas exister. » Et la raison de leur fureur est le sentiment que ces budgets sont maintenant en danger.

Eli Paley, éditeur du magazine haredi Mishpacha et président du Haredi Institute for Public Affairs, a déclaré dans une interview le mois dernier que la préservation du statu quo n’a jamais été la priorité absolue des partis haredim.

« Ils ont abandonné ce front dès le début« , a déclaré Paley. « Il faut se demander dans quelle mesure les représentants haredim sont vraiment gênés par les commerces qui ouvrent le Chabbat ? Je dirais pas tant que ça. S’il y a des travaux sur les infrastructures ferroviaires le Chabbat, cela les embarrasse car ils font partie d’un gouvernement qui le permet. Mais même là, si vous les poussez à bout, ce n’est pas leur priorité. »

Pour les partis haredim, « il y a d’autres problèmes qu’ils considèrent comme plus urgents et importants. Vous devez vous rappeler que lorsqu’il s’agit de problèmes de religion et d’État parmi les haredim, par opposition aux sionistes religieux, il n’est pas si important que l’État soit dirigé selon la religion. Ils ne voient pas l’État comme faisant partie de leurs valeurs religieuses : ils voient plutôt l’État comme quelque chose où ils peuvent jouer dans le jeu démocratique. Les sionistes religieux, en revanche, ont cette vision de l’État à caractère juif. L’approche haredit est : comment pouvons-nous préserver ce qui est important pour nous ? »

Paley souligne que les haredim n’attribuent aucune valeur religieuse à l’État – c’est une caractéristique de la pensée religieuse sioniste – et par conséquent le caractère religieux de l’État est secondaire par rapport à ce qui est le plus important pour eux : préserver le monde de la Torah et permettre qu’ils vivent leur vie comme ils l’entendent. Et c’est pourquoi leurs protestations sont fallacieuses.

Entendre les partis haredim haranguer Bennett pour vouloir « toucher » le grand rabbinat est ironique, car le public haredi n’a jamais tenu le grand rabbinat en haute estime – c’est la communauté religieuse-sioniste qui a historiquement accordé de la valeur à l’institution et utilisé ses services.

Les partis haredim ont des raisons de s’inquiéter de l’avènement d’un nouveau gouvernement dont ils ne feront pas partie, et leur inquiétude au sujet de Liberman – qui a mené une campagne anti-haredim lors des deux dernières élections est légitime. Mais la réponse n’est pas de lancer des attaques ad hominem contre Bennett et ses collègues de Yamina. La réponse n’est pas de s’ériger en arbitres quant à savoir qui a ou n’a pas le droit de porter une kippa ou de se vêtir de symboles religieux.

Il y a des légions d’Israéliens heureux que les partis haredim ne participent pas au prochain gouvernement, et ne déterminent pas qui obtient quelles ressources. Non pas parce que ces gens sont nécessairement anti-haredim, mais plutôt à cause de ce sentiment parmi la majorité des israéliens que l’état d’esprit des politiciens haredim est, « Je ferai et j’obtiendrai tout pour mes électeurs, et peu importe le reste du monde. »

On peut se demander si cette perception est fondée sur des faits ou non, c’est bien la perception du grand public, renforcée les  malédictions que la direction politique haredit déverse maintenant sur Bennett.

Line Tubiana avec jpost

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*