Le patriarche maronite libanais appelle à une « solution finale » pour les palestiniens

Abonnez-vous à la newsletter

Le patriarche maronite libanais Bechara Boutros al-Rahi a appelé samedi à l’expulsion et à la réinstallation des réfugiés palestiniens avec l’aide de la communauté internationale, soulignant que le Liban doit tenir compte de ses propres intérêts nationaux.

« Nous sommes avec vous, chers frères, et nous appelons la communauté internationale à soulager le Liban, épuisé économiquement et vivant dans la difficulté, en trouvant une solution définitive à la présence des réfugiés palestiniens et des déplacés syriens sur le sol libanais », a déclaré al- Rahi après une réunion du synode patriarcal. « Les sentiments humains et fraternels que nous avons pour ces deux peuples frères ne nient pas la pensée nationaliste dans l’intérêt du Liban« , a ajouté le patriarche. « On ne peut accepter que de nombreuses parties, notamment au niveau international, considèrent les réfugiés et les personnes déplacées comme une réalité qui doit être adaptée jusqu’à l’intégration, l’installation et la naturalisation. Comment ces pays peuvent-ils revendiquer leur souci de l’indépendance et de la stabilité du Liban, et travailler à saper son unité ? » a interrogé al-Rahi, soulignant que l’acceptation de la présence des réfugiés comme un fait accompli sape l’unité du Liban et doit être combattue.

« Droit au retour »

Le patriarche a appelé le gouvernement libanais à tenir des pourparlers à ce sujet avec l’Autorité palestinienne, la Ligue arabe, les Nations unies et d’autres grands pays sur la réinstallation des réfugiés dans des pays « capables de les accueillir démographiquement et d’assurer une vie humaine et sociale digne pour leur. »

Se référant à la demande palestinienne d’un « droit au retour » dans la région autrefois sous mandat britannique sur la Palestine, Al-Rahi a déclaré que « tout le monde » a désavoué le « droit au retour », ajoutant qu’« Israël rejette non seulement le retour des réfugiés mais déplace quotidiennement les Palestiniens résidant en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. »

« Le peuple de Palestine n’a pas été créé pour vivre dans un camp. »

« Le peuple palestinien n’a pas été créé pour vivre dans un camp, mais plutôt dans une société qui lui offre logement, éducation, travail et bien-être », a déclaré al-Rahi, ajoutant que « l’entité du Liban n’a pas été créée pour être la terre d’établissement des peuples de la région. » Le patriarche a également appelé les Syriens déplacés au Liban à retourner en Syrie. Dimanche, le Premier ministre intérimaire Najib Mikati a également appelé la communauté internationale à travailler avec le Liban pour le retour des réfugiés syriens, avertissant que sinon, « le Liban aura une situation qui n’est pas souhaitable pour les pays occidentaux, qui consiste à agir pour faire sortir les Syriens. du Liban par des moyens légaux, en appliquant strictement les lois libanaises. »

Le Hamas indigné

Le mouvement Hamas a exprimé son indignation face aux déclarations d’al-Rahi lundi, affirmant que le mouvement considère que ses déclarations « ne reflètent pas la profondeur de la relation solide qui unit les forces politiques nationales et populaires libanaises et palestiniennes. Nous louons et chérissons toutes les positions libanaises officielles et populaires qui rejettent tous les projets et complots sionistes ciblant les arènes libanaise et palestinienne, et nous réitérons que les réfugiés palestiniens au Liban sont des invités dans ce pays, qui exigent leur droit naturel à vivre en liberté. et leur dignité, conformément aux conventions internationales, et ils rejettent tous les projets de déportation et de réinstallation, et ils attendent toujours avec impatience de retourner dans leurs villes et villages, d’où ils ont été chassés par l’occupation sioniste », a déclaré le Hamas.

Le sort des réfugiés palestiniens au Liban

Environ 180 000 réfugiés palestiniens vivent au Liban, selon l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA). Les réfugiés palestiniens au Liban souffrent d’une pauvreté généralisée et de lois strictes restreignant leur accès à l’emploi et aux services sociaux. Ils ne peuvent pas obtenir la citoyenneté.

Les réfugiés palestiniens au Liban trouvent extrêmement difficile d’obtenir les permis de travail annuels qu’ils sont tenus d’obtenir et travaillent souvent pour un salaire inférieur à celui de leurs collègues libanais. Alors que la crise économique au Liban continue de s’aggraver, l’UNRWA a enregistré une augmentation significative des licenciements arbitraires et de l’absence d’indemnités de fin de service car de nombreux employeurs ne respectent pas les droits du travail des réfugiés palestiniens, selon une note publiée en septembre 2020 .

En février, le Conseil de la Choura d’État du Liban a décidé d’annuler une ordonnance émise en décembre autorisant les réfugiés palestiniens à travailler dans des professions réglementées par les syndicats, après que la Ligue maronite se soit plainte que l’ordonnance empièterait sur les droits des professionnels libanais et prétendait que l’ordonnance était essayant d’ouvrir la voie à la naturalisation des réfugiés palestiniens.

Alors que les réfugiés palestiniens doivent cotiser au Fonds national de sécurité sociale, ils sont largement incapables d’accéder aux avantages du fonds offert aux citoyens libanais. Près de la moitié de tous les réfugiés palestiniens au Liban vivent dans des camps de réfugiés surpeuplés et insalubres. Les camps sont également en proie à la criminalité et à la violence, avec une application limitée par les autorités libanaises. Les réfugiés palestiniens sont empêchés d’acquérir légalement des biens immobiliers au Liban.

Line Tubiana avec jpost

2 Comments

  1. En 1945, à la fin de la dernière guerre Mondiale, il y eut 45 Millions de réfugiés partout en Europe.
    Chacun des pays Européens, de même que ceux des Pays d’Amérique du Nord et ceux d’Amérique Latine, ont tous accueilli ces réfugiés. Que seraient-ils devenus, si le Monde Occidental s’était opposé à les accueillir ?…. Au bas mot, on compterait actuellement 350 millions de réfugiés apatrides partout dans le monde !

    En 1948 (3ans après 1945), c’est exactement ce qu’il s’est passé avec les « réfugiés arabes de Palestine » qui étaient au nombre de 720 000 à l’époque et qui sont devenus 5,6 millions, voir même 7 Millions de réfugiés, selon certains calculs savants de l’UNRWA, l’agence de l’ONU.

  2. Mon Grand-père, expulsé d’Egypte en 1956 par Nasser, qui lui a confisqué sa maison et tous ses biens et bloqué ses comptes, est parti en Israël, qui n’était que du sable à cette époque, et a vécu 2 ans et demi dans un camp, le temps que l’on construise les premiers immeubles dans lesquels il a été logé par la suite.
    Ce camps, comme bien d’autres n’ont duré que 2 ou 3 ans.
    Mon grand-père, ni ma Mère et ses sœurs n’ont jamais reçu 1 ct de dédommagement, tout comme les 950 000 Juifsqui ont été virés des Pays Arabes entre 1948 et 1967.
    L’Europe et d’autres pays envoient des centaines de millions d’Euros aux Palestiniens, qui vont directement dans les poches du Hamas, du Hezbollah ou de Daesh.
    Comment se fait-il que 74 ans après il y ait toujours des camps et que malgré tout l’argent qu’on leur donne, ils n’aient pas de logements adéquats ?

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*