Un survivant de la Shoah retrouvé dans une misère effroyable

Abonnez-vous à la newsletter

Après la mort de sa famille, ce survivant d’Auschwitz a immigré seul en Israël et s’est trouvé en fin de vie dans une terrible misère, vivant dans un appartement moisi, sans eau courante.

Pendant de nombreuses années, Israël a promis à plusieurs reprises de remédier aux mauvaises conditions de vie de certains survivants âgés de l’Holocauste, mais aucune solution n’a été trouvée. Yaakov (nom d’emprunt), un survivant de l’Holocauste de 91 ans dont toute la famille a été assassinée par les nazis à Auschwitz, a lutté pour se construire une vie convenable depuis son arrivée en Israël.

Yaakov n’a jamais aimé demander de l’aide. Il avait honte de dire à quiconque qu’il vivait dans la misère et a gardé ses conditions de vie secrètes pour ses voisins et ses connaissances. Récemment, les voisins de Yaakov se sont plus en plus inquiétés de voir le vieil homme amical vivre à côté d’eux dans des conditions misérables et ont appelé le Département des services sociaux de la municipalité de Jérusalem.

Peu de temps après, un travailleur social est arrivé dans le minuscule appartement de 18 mètres carrés de Yaakov et l’a trouvé dans un état effrayant. Les murs et les meubles en ruine étaient couverts de moisissure et de pourriture, et on pouvait voir des toiles d’araignée accrochées partout. Les toilettes étaient bouchées, les armoires de cuisine étaient pourries et les fils électriques étaient dangereusement exposés. Il n’y avait pas d’eau courante et les petites fenêtres de la maison étaient brisées.

Le travailleur social abasourdi a informé les autorités, ainsi que Tenufa Bakehila, une organisation à but non lucratif qui vise à aider les personnes vivant dans les situations de logement les plus désespérées, qui a pris l’initiative de rénover l’appartement de Yaakov. Le chef de la branche du groupe à Jérusalem, Israël Keenan, a déclaré qu’il n’avait jamais vu une telle misère auparavant.

« J’ai vu pas mal de maisons décrépites, mais rien ne m’a préparé à ce que j’ai ressenti cette fois », a-t-il déclaré. « La misère, le désespoir, la détresse constante, l’odeur de pourriture, et le froid glacial dans chaque coin. »

Le fondateur et directeur du groupe, Gabi Nachmani, a déclaré que même si Yaakov était l’un des plus d’une centaine de survivants de l’Holocauste qui ont bénéficié de ses services au cours de l’année écoulée, il incombait à l’ensemble de la société israélienne de veiller à ce que les survivants de l’Holocauste puissent vivre la fin de leur existence dans des conditions décentes préservant leur dignité.

Et la question cruciale n’a pas été posée : qui loue ces taudis à des personnes faibles et qui les y autorise. Un problème de société récurrent en Israël, la honte de la société.

Line Tubiana avec ynet

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*