Une start-up israélienne veut produire du lait de vache… sans vache

Abonnez-vous à la newsletter

Le “lait de vache sans vache” sera disponible dans les magasins israéliens d’ici 2023, après qu’une start-up a obtenu un financement d’amorçage record de 13 millions de dollars (11,5 millions d’euros) auprès d’investisseurs pour l’aider à fabriquer des produits laitiers traditionnels à partir de micro-organismes.

Imagindairy, basée à Tel Aviv, qui a annoncé mercredi le résultat de son financement d’amorçage, a déclaré que le lait qu’elle produirait serait identique au lait de vache, mais que la vache, et le méthane qui lui est associé, seraient remplacés par des champignons ou d’autres micro-organismes végétaux programmés pour produire des protéines de lait.

Dans sa forme la plus simple, le processus de programmation consiste à insérer dans les micro-organismes des instructions ADN pour la production de lactosérum et de caséine, les principales protéines du lait. Pour transformer les protéines de lactosérum et de caséine produites par les micro-organismes en lait et produits laitiers sans vache, Imagindairy ajoutera des matières grasses, du sucre et de l’eau d’origine végétale.

Une motivation écologique ?

Le lait de vache sans méthane pourrait réduire considérablement l’impact du changement climatique et de la déforestation, estiment les ONG. L’élevage du bétail est responsable d’environ 32% du méthane généré par l’homme, principalement par le milliard et plus de bovins de la planète. La réduction des émissions de méthane est considérée comme le levier le plus puissant disponible pour ralentir le réchauffement climatique au cours des 25 prochaines années.

Il existe déjà un grand nombre de laits alternatifs sur le marché et ces dernières années ont vu une expansion massive de la demande de lait d’avoine, de lait de soja, de lait d’amande et d’autres variétés, qui font du “lait” à partir d’autres substituts.

Mais les entreprises d’agriculture cellulaire qui s’efforcent de produire de la viande, des produits laitiers et du poisson sans animaux ont eu du mal à le faire à l’échelle commerciale. À ce jour, la seule autre société produisant de petites quantités commerciales de produits laitiers sans vache est l’entreprise américaine Perfect Day.

Le fondateur et directeur général d’Imagindairy, Eyal Afergan, a déclaré que son processus serait similaire à celui de Perfect Day, mais que son équipe avait mis au point une méthode plus simple pour isoler les protéines du lait des micro-organismes, ce qui faciliterait la mise à l’échelle.

M. Afergan a ajouté que le lait de son entreprise ne nécessitait que 10% de l’eau nécessaire à la production de lait de vache traditionnel et 1% de la surface terrestre occupée par le bétail. Cela comprend les terres nécessaires à la production de sources de carbone et d’azote pour nourrir les micro-organismes.

Carlotte Lucas, responsable de l’engagement des entreprises européennes pour le Good Food Institute (GFI), a déclaré que si Imagindairy commençait à produire des niveaux commerciaux de “lait de vache sans vaches” d’ici 2023, cela changerait la donne en termes de réduction significative des émissions de méthane du secteur laitier.

La population est-elle prête à boire un tel lait ?

Une nouvelle enquête ayant révélé que 23 % des flexitariens européens étaient “très susceptibles” de manger des produits laitiers alternatifs si le produit était identique au fromage conventionnel, l’émergence des produits laitiers sans vache pourrait être révolutionnaire, a déclaré Stephanie Jaczniakowska-McGirr, responsable de l’industrie alimentaire et de la vente au détail au groupe de campagne ProVeg International.

Si davantage de personnes se tournaient vers un produit identique exempt de méthane et de vache, a-t-elle ajouté, alors “nous sommes sur la voie d’une transformation complète du système alimentaire qui nous aiderait à atteindre l’objectif climatique de 1,5°C” et à “réduire de manière significative les 70% de la déforestation mondiale liés au défrichage des terres pour les animaux et à la culture de leur nourriture”.

Tom Dunne, le vice-président de European Dairy Farmers, a déclaré qu’il était impossible de recréer le lait de vache dans un laboratoire. “Il y aura toujours quelque chose qui manquera. Les principaux éléments pourraient être là, mais pas tout ce que vous trouveriez dans le lait de vache”, a-t-il déclaré. “Les vaches produisent naturellement du lait depuis plus d’un million d’années. Voulez-vous donner à vos enfants un produit issu d’un laboratoire et découvrir plus tard qu’il n’est pas tout à fait correct?”

Source 7sur7

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*