Ben & Jerry’s : Israël avertit Unilever, accusé de « capitulation honteuse à l’antisémitisme »

Abonnez-vous à la newsletter

Alors qu’Unilever a annoncé la fin de la commercialisation des glaces Ben & Jerry’s dans les territoires palestiniens occupés, le premier ministre d’Israël a menacé le géant de l’agroalimentaire de « graves conséquences ». Cette décision « de boycotter Israël » est une « action anti-israélienne claire ».

« Il y a de nombreuses crèmes glacées, mais nous n’avons qu’un pays »

Tel Aviv est remontée contre Unilever. Israël a menacé le géant de l’agroalimentaire de « graves conséquences » après le boycott de Ben & Jerry’s. « Du point de vue de l’Etat d’Israël, cette action aura de graves conséquences notamment sur le plan juridique », a affirmé Naftali Bennett, selon un communiqué de son bureau, précisant qu’il s’était entretenu avec Alan Jope, le patron d’Unilver. Le Premier ministre israélien considère cette décision « de boycotter Israël comme une action anti-israélienne claire ».

Dans un communiqué publié lundi, la filiale d’Unilever a déclaré: « Nous pensons qu’il n’est pas compatible avec nos valeurs que les glaces Ben & Jerry’s soient vendues dans les territoires palestiniens occupés ». « Nous avons un partenariat de longue date avec les détenteurs de notre licence qui fabriquent nos glaces en Israël et les distribuent dans la région », ajoute Ben & Jerry’s, qui a toutefois décidé de ne pas renouveler l’accord de licence qui expire en fin d’année prochaine.

Avec capital

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*