Israël: violations du confinement à la tête de l’Etat

Abonnez-vous à la newsletter

Un coiffeur pour la Première dame tient-il d’un service essentiel? Le patron des services de renseignement peut-il inviter sa famille à dîner en plein confinement? En Israël, les violations des  mesures anticoronavirus par de hauts responsables consternent la presse et une partie de la population.

L’Etat hébreu, qui a enregistré l’un des plus forts taux de contamination au nouveau coronavirus depuis septembre, a imposé un confinement général il y a près de trois semaines, en vertu duquel les Israéliens doivent rester dans un périmètre d’un kilomètre autour de chez eux et ne peuvent dormir qu’à leur domicile.

Seuls les secteurs d’activité jugés « essentiels«  sont autorisés à fonctionner, les synagogues sont fermées et les prières en extérieur limitées à vingt personnes et à moins d’un kilomètre du domicile, tout comme les manifestations.

Après leur visite mi-septembre à Washington pour la signature d’un accord de normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis et Bahreïn, des membres de l’équipe du Premier ministre Benjamin Netanyahu ne se sont pas placés en quarantaine comme le veut pourtant le protocole israélien concernant les retours des Etats-Unis.

Ces conseillers de M. Netanyahu, filmés à l’extérieur en train de documenter des manifestations contre le gouvernement, ont été condamnés à payer une amende de 5.000 shekels (environ 1.250 euros).

Désormais c’est Sara Netanyahu, épouse du Premier ministre, qui est la cible de critiques. Selon le Yediot Aharonoth, le quotidien le plus vendu dans le pays, elle a fait venir la semaine dernière un coiffeur à la résidence officielle du couple alors qu’il ne s’agit pas d’une activité « essentielle » et que tous les salons de coiffure du pays sont normalement fermés pour cause de confinement national.

L’histoire n’en est pas restée là. Dans un communiqué de son porte-parole, la famille Netanyahu s’est défendue en soutenant que la Première dame avait fait appel au coiffeur pour enregistrer une vidéo appelant la population à porter des masques sanitaires (.

La ministre de l’Environnement, et membre du parti Likoud de M. Netanyahu, Gila Gamliel a été épinglée par la presse pour avoir « dissimulé«  des déplacements dans sa belle-famille lorsqu’elle a été testée positive au Covid-19 quelques jours plus tard.

Confinement inacceptable à deux vitesses

Et la radio publique a affirmé que Nadav Argaman, directeur de l’agence de sécurité intérieure Shin Beth, chargée notamment de traquer les violations du confinement via les téléphones portables, avait lui-même enfreint le règlement en accueillant des parents chez lui pendant la fête de Souccot.

« Une fois de plus, il s’avère que les règles qui s’appliquent aux citoyens israéliens ne s’appliquent pas au cercle du Premier ministre et à ses collaborateurs« , s’indignent mercredi les commentateurs politiques Itamar Eichner et Yuval Karni dans le Yediot Aharonoth.

Pour Denis Charbit, professeur de sciences politiques à l’Open University de Tel-Aviv, « les transgressions des politiciens justifient les propres déviations de chacun« . « Alors que les libertés individuelles sont entravées par le confinement imposé par le gouvernement, elles sont inefficaces si les dirigeants ne les respectent pas« , estime M. Charbit. « L’impunité dont bénéficient en général ces politiciens renforce la défiance du public face aux autorités« .

Le député Micky Levy (Yesh Atid, opposition) a toutefois démissionné de la commission parlementaire sur le nouveau coronavirus après des informations de presse selon lesquelles il avait passé la fête juive de Souccot chez son fils.

A l’heure de manifestations contre la gestion de la pandémie par le gouvernement, de récents sondages confirment un recul du Likoud qui a remporté en mars 36 sièges sur 120. Selon un baromètre de la chaîne 12 publié cette semaine, il est désormais crédité de 26 sièges, talonné par la formation de droite radicale Yamina de son ancien ministre Naftali Bennett avec 23.  Et, d’après le même sondage, 65% des Israéliens jugent que M. Netanyahu gère mal la crise.

Source lexpress

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*