La Ligue belge contre l’antisémitisme épingle un tweet de Van Quickenborne

Abonnez-vous à la newsletter

La Ligue belge contre l’antisémitisme a réagi mardi à la formation du nouveau gouvernement fédéral rappelant le post antisémite mis en ligne par Vincent Van Quickenborne.

La Ligue belge contre l’antisémitisme a réagi mardi à la formation du nouveau gouvernement fédéral dirigé par le libéral flamand Alexander De Croo, fustigeant plus particulièrement un tweet qu’il juge antisémite, posté il y a quelques mois par Vincent Van Quickenborne. Dans ce bref message daté du 27 février dernier, le libéral parlait du « lobby juif » qui « fait des heures supplémentaires« .

Dans un article publié le jour même par la RTBF, le Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB) avait réagi à ce Tweet et parlé de « honte« . Le CCOJB demandait alors que « ce commentaire soit retiré et corrigé publiquement. Il est indigne d’un ancien ministre de répandre le mythe du lobby juif. Il est également inacceptable de confondre Israël et la communauté juive« .

Entre-temps, Vincent Van Quickenborne est devenu vice-Premier ministre et ministre en charge de la Justice, ce qui passe mal du côté de la Ligue belge contre l’antisémitisme.

Le tweet, en néerlandais, pourrait être traduit par « le lobby juif fait des heures supplémentaires ces jours-ci. Après Alost, Washington« . Il accompagne un extrait d’article de journal relayant les vives critiques de celui qui était alors le ministre israélien des Affaires étrangères, Yisrael Katz, envers Bernie Sanders, qui était candidat à l’investiture démocrate à la présidentielle américaine.

Ce dernier, lui-même juif de religion, avait qualifié le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou de « raciste réactionnaire » et s’était prononcé en faveur d’un retour de l’ambassade américaine en Israël de Jérusalem, capitale disputée, à Tel-Aviv. Ces paroles, lors d’un débat démocrate, lui avaient valu la colère de Yisrael Katz, qui avait alors sous-entendu que ceux qui soutiennent Israël ne devraient pas pousser la candidature de Bernie Sanders.

Selon la LBCA, l’usage des mots « lobby juif« , la « terminologie antisémite la plus éculée« , pour qualifier les critiques du ministre israélien, pose problème.

Contacté mardi après-midi, le cabinet de Vincent Van Quickenborne n’a pas souhaité réagir.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*