Bharein : un pont entre Israël et l’Arabie saoudite

Abonnez-vous à la newsletter

À certains égards, Bahreïn a un plus grand potentiel que les Émirats arabes unis pour les affaires israéliennes, mais le jackpot est la connexion avec son puissant voisin.

Le dernier pays à avoir conclu un accord de normalisation avec Israël, Bahreïn, est un petit royaume d’à peine 1,7 million d’habitants, situé sur une île du golfe Persique entre l’Arabie saoudite (à laquelle il est relié par un pont) et le Qatar. Son économie est basée sur des réserves de pétrole (dont une énorme découverte faite ces dernières années), et c’est un important centre financier et bancaire régional.

Bahreïn entretient de bonnes relations avec la plupart des États arabes et entretient également des relations étroites avec les États-Unis. Pour cette raison, sa capitale, Manama, a été choisie pour accueillir l’atelier régional sur la paix parrainé par les États-Unis il y a quinze mois pour promouvoir l’ « Accord du Siècle » du président Donald Trump, plan rédigé par Jason Greenblatt et le gendre de Trump, Jared Kushner, qui est l’intermédiaire de l’administration Trump dans la mise en place des accords de paix actuels au Moyen-Orient.

Politiquement avancé

En ce qui concerne la démocratie, Bahreïn est considéré comme avancé par rapport à ses voisins, avec des élections au Parlement, bien que le roi, Hamad bin Isa bin Salman al-Khalifa, ait l’autorité suprême et que son fils soit Premier ministre. Le roi sunnite fait face à l’opposition chiite encouragée par l’Iran, et dans cette confrontation, il est aidé par les services de sécurité saoudiens et a utilisé des moyens de répression controversés et violents.

D’un autre côté, il a essayé d’instituer des réformes sociales. Les femmes peuvent se présenter aux élections au Parlement, et lorsqu’aucune n’a été élue, il a lui-même nommé dix femmes à la chambre haute du Parlement. L’un d’eux est Houda Ezra Ebrahim Nonoo, une femme juive qui a été nommée ambassadrice de Bahreïn aux États-Unis en 2008 et a servi à ce titre jusqu’en 2013. La communauté juive du royaume compte quelques dizaines de membres.

Qu’en est-il de l’économie?

Commençons par le fait que Bahreïn n’est pas les Emirats Arabes Unis, et sera bien moins attractif que les sept émirats avec leurs principales villes d’Abu Dhabi et de Dubaï. Le PIB annuel de Bahreïn s’élève à un peu plus de 40 milliards de dollars, soit 25 000 dollars par habitant, et si ses réserves de pétrole sont parmi les plus importantes au monde, cette richesse énergétique est précisément son problème. L’économie de Bahreïn est presque entièrement dépendante du pétrole, qui lui fournit 70% de ses revenus.

La baisse du prix du pétrole et le coût relativement élevé de son extraction, principalement à partir des champs pétrolifères sous-marins, ont conduit à une baisse substantielle des revenus cette année, et Bahreïn est depuis cinq ans en véritable détresse économique. Il y a deux ans, la dette nationale a dépassé 100% du PIB.

Cependant, Bahreïn ne s’effondrera pas, du moins dans la mesure où cela dépend de l’Arabie saoudite, son patron diplomatique et économique. Pour le gouvernement saoudien, il est important de consolider le régime sunnite de la dynastie Khalifa à Bahreïn et d’empêcher une prise de contrôle par les mandataires de l’Iran à sa porte. Il est donc clair que si Bahreïn rencontre de réelles difficultés financières, l’Arabie saoudite viendra à son secours.

En 2009, Bahreïn a connu une crise économique similaire provoquée par la crise mondiale, et depuis lors, il a fait des efforts substantiels pour introduire des changements dans son économie. Entre autres, il a développé son secteur bancaire, qui a parcouru un long chemin et contribue désormais à environ un sixième du PIB. Le tourisme s’est lui aussi développé et, à cet égard, il est différent des autres États du Golfe, avec moins de restrictions religieuses, de sorte que les vacanciers occidentaux peuvent s’y sentir à l’aise.

Au cours des deux dernières années, le commerce de détail a connu une croissance accélérée, englobant les achats pour les touristes et le commerce en ligne, de nombreux magasins en ligne proposant principalement des produits orientaux aux acheteurs occidentaux, ainsi qu’un marché en expansion des montres et des bijoux.

Peut-être que le fait même que Bahreïn soit moins avancé économiquement que les Émirats arabes unis signifie que les entreprises israéliennes y auront de plus grandes opportunités, dans les technologies financières, la technologie du commerce électronique et des domaines similaires. Les infrastructures civiles telles que le dessalement et d’autres technologies de l’eau, et les énergies renouvelables, seront également d’un intérêt considérable.

Un pont économique vers l’Arabie saoudite

L’aspect économique le plus significatif de la normalisation avec Bahreïn est peut-être qu’il s’agit d’un pont vers l’Arabie saoudite. Il y a le pont physique qui relie l’île à l’Arabie saoudite, mais le plus important est le pont économique. Bahreïn est encore plus connecté à l’économie saoudienne que les Émirats arabes unis et, grâce à lui, il sera possible de faire des affaires avec des entreprises saoudiennes. Ici, le ciel est vraiment la limite, des deux côtés.

Un commentateur arabe de premier plan affirme que c’est l’un des principaux objectifs de Mohammed bin Salman bin Abdulaziz Al Saud, prince héritier d’Arabie saoudite, dans le soutien et le soutien qu’il a apporté aux EAU et à Bahreïn dans leurs accords avec Israël. Ces accords ouvrent un canal économique et commercial presque direct entre Israël et l’Arabie saoudite, même sans accord bilatéral, ce qui à ce stade semble être quelque chose d’un peu trop délicat même pour ben Salmane, considéré comme l’homme fort du monde arabe sunnite..

Line Tubiana avec globes

1 Comment

  1. Merci pour ce rappel sur ce pays, je trouve que ce qui se passe au Moyen Orient est riche de devenir et c’est bien, en fait il ne fallait pas grand chose pour que cela se réalise. Am Israël Haî, chana tova à toute l’équipe!

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*