Alan Parker, le réalisateur prolifique et talentueux, est décédé

Abonnez-vous à la newsletter

Alan Parker, réalisateur britannique de « Midnight Express », « Bugsy Malone », « Evita » et « The Commitments » et « Fame », a succombé vendredi à 76 ans, des suites d’une longue maladie.

Alan Parker n’était pas le chouchou des critiques : cinéma musclé, populaire et visant un large public, ce n’a jamais été à la mode. Mais bon sang, qu’est ce qu’on a pu aimer ses films, presque TOUS ses films. Son succès planétaire n’a pas été récompensé à sa juste valeur!

Alan Parker est décédé à 76 ans, après une longue maladie, ont annoncé des membres de sa famille. Créateur d’une œuvre extrêmement large, de Bugsy Malone (Du rififi chez les mômes) à Evita, en passant par The Road to Wellville (Aux bons soins du docteur Kellogg) ou Birdy, le réalisateur a été consacré mondialement pour ce qui restera comme l’un des films phare des années 1970 : Midnight Express.

Nommé deux fois aux Oscars dans la catégorie meilleur réalisateur (pour Midnight Express en 1978 et Mississippi Burning en 1988), il décroche le grand prix du Festival de Cannes en 1985 pour Birdy. Il a également brillé dans les films musicaux comme Fame, Pink Floyd- The Wall ou Evita, dans lequel il mettait en scène Madonna.

Au total, ses œuvres ont remporté 19 Baftas, 10 Golden Globes et 10 Oscars. L’académie des Oscars a rendu hommage dans un tweet à un «caméléon», un «extraordinaire talent» qui «nous manquera beaucoup».

Midnight Express et Mississippi Burning avaient été sélectionnés pour les Oscars, mais n’avaient pas remporté la célèbre statuette en or. Ce qui n’a pas empêché l’Académie de rendre hommage « à son talent extraordinaire ».

Alan Parker avait commencé sa carrière dans la publicité. Il a réalisé en 1975 son premier long-métrage, Bugsy Malone, une parodie musicale des films de gangsters des années 1930, interprété par des enfants. Son deuxième film, Midnight Express (1978), une plongée dans le calvaire d’un jeune Américain incarcéré dans une prison turque après avoir tenté de quitter la Turquie avec du haschisch, a remporté deux Oscars, six Golden Globes et quatre Baftas. Il a réalisé en 1981 Pink Floyd – The Wall, un film devenu culte auprès des fans de ce groupe de rock britannique.

Son dernier grand succès remonte à 1996 avec Evita, un film musical dans lequel Madonna incarne l’actrice et femme politique argentine Eva Peron.

L’ancien président du festival de Cannes Gilles Jacob a salué un cinéaste «vif, brillant, prolifique» et un «esprit sarcastique». 

David Puttman, qui a produit plusieurs des films d’Alan Parker, a rendu hommage à celui qui était son «plus vieil et plus proche ami» et qui l’a «toujours impressionné par son talent». «Ma vie et celle de beaucoup d’autres personnes qui l’ont aimé et respecté ne seront plus jamais les mêmes», a-t-il ajouté. Alan Parker laisse son épouse Lisa Moran-Parker, cinq enfants et sept petits-enfants.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*