Les frères Dayan arrêtés pour énorme escroquerie fiscale en Israël

Abonnez-vous à la newsletter

Amir Dayan
Amir et Yitzhak Dayan, deux frères parmi les hommes d’affaires les plus riches d’Israël, sont soupçonnés de s’être soustraits à l’impôt en dissimulant des centaines de millions de shekels. Cherchez la femme…..

Le voile a été levé sur la publication des noms des deux milliardaires israéliens arrêtés pour soupçon d’évasion fiscale et dissimulation de revenus de centaines de millions de shekels, suite à une demande générale de médias israéliens. Les hommes d’affaires sont Itzik et Amir Dayan, membres de l’une des familles les plus riches d’Israël. Ce sont des milliardaires ultra-discrets : une seule photo d’Amir et aucune d’Itzik sur le web!

La famille Dayan possède une énorme quantité de biens immobiliers commerciaux en Europe et en Israël, dont des droits de franchise d’hôtels sous le nom d’Africa Israel Hotels. Ils détiennent également une participation majoritaire dans TLG Immobilien AG, cotée à la Bourse de Francfort, qui a une capitalisation boursière de plus de 3,2 milliards d’euros, et est la troisième plus grande société immobilière en Europe. Les Dayans sont également propriétaires de la société immobilière luxembourgeoise Vivion Holding.

Les allégations portées contre les frères portent sur des centaines de millions de shekels apparemment gagnés par les frères Dayan via un trust étranger créé en 2001 par un Français du nom de Jacques Malkah, le beau-père d’Itzik Dayan. En 2015, la fiducie a signé un accord avec l’administration fiscale israélienne, mais les autorités fiscales ont rapidement eu des soupçons sur cette fiducie et une enquête secrète s’en est suivie. L’administration fiscale avait également des doutes sur comment seuls 2 millions de shekels avaient été payés alors qu’il y avait 182 millions d’euros dans la fiducie. Le 9 novembre, l’enquête a été ouverte et Itzik et Amir Dayan ont été arrêtés.

Les avocats Nati Simchony et Haim Gabay, qui représentent les frères Dayan, nient les accusations. « Amir et Itzik Dayan sont des hommes d’affaires respectables qui n’ont pas de tache dans leur nom. L’affaire examinée par l’administration fiscale a surgi lors d’un différend de divorce et est très complexe. Pour cette raison, il serait approprié que cette affaire soit examinée uniquement au niveau civil. Amir et Itzik travaillent ouvertement et en pleine coopération avec l’administration fiscale et sont convaincus qu’en fin de compte, l’enquête montrera clairement qu’il y a eu rien d’incorrect dans leur conduite.  »

C’est extraordinaire comme cette affaire me rappelle une autre affaire, française, celle des problèmes de Cahuzac, surgis également dans le contexte d’un divorce compliqué. Ce qui me fait penser et dire que les mecs les plus habiles dans leurs escroqueries, sont des enfants naïfs quand il s’agit de juger les capacités de leurs femmes lors de divorces « compliqués », et quand ils sous estiment la volonté et parfois le colère, voire la haine, de leurs épouses, ça leur tombe grave sur la tête. « Un différend de divorce » peut se traduire par « guerre sans merci » et certains hommes, trop imbus de leur importance, se retrouvent pieds et poings liés, juste pour avoir mésestimé une épouse prête à tout.

Line Tubiana avec globes