Une caricature Netanyahu-Corbyn veut blanchir l’antisémitisme du Labour

Abonnez-vous à la newsletter

Une caricature du quotidien De Volkskrant accuse Netanyahou d’être à l’origine du scandale antisémite qui secoue le parti travailliste de Corbyn : fausses accusations, mais vraie tentative de déplacer les responsabilités. Retour sur le palmarès antisémite du Labour.

Un journal hollandais populaire a été accusé d’antisémitisme après sa publication d’une caricature immonde suggérant que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est à l’origine de la controverse sur l’antisémitisme dans laquelle Jeremy Corbyn patauge depuis des années.

Le croquis, publié jeudi dans le grand quotidien néerlandais De Volkskrant, montre Netanyahu tenant une pierre portant des accusations d’antisémitisme tout en lisant un document sur l’accusation de corruption dont il fait l’objet. Et Corbyn donneur de leçons se contente de répondre : « Que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre ».

Selon le Centre d’information et de documentation sur Israël (CIDI) basé aux Pays-Bas, la déclaration de la caricature est « absurde » et « réaffirme le stéréotype antisémite selon lequel les Juifs sont plus fidèles à Israël qu’aux pays dans lesquels ils vivent ». Le CIDI a ajouté que «les Juifs ont le droit de s’exprimer contre l’antisémitisme… Le fait qu’un acte d’accusation ait été déposé contre le Premier ministre israélien n’a rien à faire là-dedans».

Le caricaturiste du Volkskrant, Jos Collignon, a défendu son travail en déclarant: «Lorsque des allégations d’antisémitisme se manifestent, le lobby israélien n’est jamais loin derrière. Je pense que vous ne comprendrez jamais que c’est un comportement victimaire. Il ne sert à rien de lier les opposants d’aujourd’hui aux atrocités du passé. Nous sommes tous étiquetés comme des sympathisants nazis.  »

Ce dessin a été imprimé à la suite d’une attaque contre le leadership de Corbyn sur l’antisémitisme au sein du parti travailliste par le grand rabbin Ephraim Mirvis. Les dirigeants syndicaux déclarent que l’intervention politique de ce chef religieux religieux est « inconcevable », mais les groupes juifs disent que les commentaires de Mirvis font écho à leurs préoccupations.

Alors qu’en est-il? Et bien c’est le moment ou jamais de revenir sur les scandales antisémites de Corbyn et de son parti, qui n’ont pas eu besoin de Bibi pour se déchaîner.

Petite Chronologie de l’antisémitisme de Corbyn et de son parti

Avril 2016

La députée travailliste Naz Shah est suspendue pour avoir tenu des propos antisémites, y compris un poste dans lequel elle paraissait appuyer les appels à l’expulsion d’Israël vers les États-Unis. Elle s’est excusée et a reçu un avertissement formel.
Ken Livingstone passe à la radio pour défendre Mme Shah, mais suscite une nouvelle controverse en affirmant qu’Hitler a soutenu le sionisme. Il est suspendu par le parti travailliste mais refuse de s’excuser et a répété sa demande à plusieurs reprises. Deux ans plus tard, il finit par quitter le parti travailliste, affirmant que sa suspension était devenue une distraction.

Juin 2016

Une enquête menée par Shami Chakrabarti, une militante des libertés civiles, pendant deux mois, révèle que le parti travailliste n’est pas envahi par l’antisémitisme. Le lancement est toutefois éclipsé lorsque la députée travailliste juive Ruth Smeeth s’enfuit en larmes après avoir été accusée par le supporter de Corbyn, Marc Wadsworth, de collusion avec la presse. Les critiques accusent le reportage d’être une justification pur jus et Mme Chakrabarti sera vivement critiquée pour avoir accepté une pairie de Jeremy Corbyn peu de temps après.

Octobre 2016

Le Comité restreint des affaires intérieures a déclaré que le parti travailliste était coupable d’incompétence pour son traitement de l’antisémitisme et de la création d’un espace sûr pour les personnes victimes des individus ayant une « attitude ignoble envers le peuple juif ».

Mars 2018

Il est révélé que Jeremy Corbyn a défendu en 2012 un artiste qui a peint une peinture murale antisémite. Il s’excuse en disant qu’il n’a pas correctement regardé la photo. Les dirigeants juifs prennent l’initiative sans précédent d’organiser une manifestation devant le Parlement pour protester contre l’incapacité de M. Corbyn à lutter contre l’antisémitisme. Plusieurs députés travaillistes s’adressent à la foule.

Avril 2018:

Marc Wadsworth est expulsé du Labour après avoir été accusé d’antisémitisme. Pendant ce temps, des députés travaillistes juifs racontent les violences antisémites qu’ils ont subies lors d’un débat parlementaire intense, et reprochent à leur chef de ne pas s’être attaqué à la question.

Juillet 2018

La direction du parti travailliste suscite de nouveau la colère en n’adoptant pas pleinement la définition de l’antisémitisme donnée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste. Peter Willsman, un puissant allié de Jeremy Corbyn, est secrètement filmé en affirmant que les «fanatiques de Trump» juifs ont inventé la tempête antisémite qui engloutit le parti travailliste.

Août 2018

Jeremy Corbyn publie une vidéo dans laquelle il insiste sur le fait qu’il est déterminé à lutter contre le racisme. Les Corbynistes lancent une campagne dans les médias sociaux pour faire démissionner Tom Watson après qu’il a critiqué le traitement de l’antisémitisme par le parti. Ce même mois, le Daily Mail publie en exclusivité des photos de Jeremy Corbyn tenant une gerbe lors d’une cérémonie au cours de laquelle un terroriste lié au massacre de Munich a été honoré.

Février 2019

Neuf députés, dont Luciana Berger, Joan Ryan et Ian Austin, démissionnent du Parti travailliste, accusant la direction de Jeremy Corbyn d’inertie face à l’antisémitisme. Berger, la députée juive de Liverpool Wavertree, qui avait fait face à une série d’attaques en règle de membres de son propre parti, a déclaré le parti travailliste était devenu « un parti antisémite institutionnel« . La députée d’Enfield, Joan Ryan, a quant à elle été attaquée parce qu’elle était la présidente des amis travaillistes d’Israël. Et Ian Austen de Dudley, dont le père adoptif était juif, a déclaré qu’il était devenu « honteux » de ce que le parti était devenu sous la direction de M. Corbyn.

Novembre 2019

Le député Chris Williamson, proche allié de M. Corbyn, quitte le parti après avoir été empêché de rester à son siège de Derby North aux élections générales. Il avait été suspendu après avoir déclaré que le parti travailliste s’était « trop excusé » pour l’antisémitisme. Le grand rabbin Ephraim Mirvis a accusé l’aile gauche du Labour d’avoir laissé le « poison » de l’antisémitisme s’enraciner dans le parti travailliste. Ses propos ont ensuite été soutenus par l’archevêque de Canterbury. Et bien sur, Corbyn a refusé à plusieurs reprises de présenter ses excuses aux Juifs britanniques lors d’une interview avec Andrew Neil, de la BBC, et a déclaré que M. Mirvis avait « tort ».

Alors reporter sur Bibi la responsabilité de la mouise antisémite dans laquelle pataugent Corbyn et le Labour, et bien, ce n’est que de l’antisémitisme de base…..

Line Tubiana

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*