Abdelghani Merah contre l’islam politique et sectaire

Abonnez-vous à la newsletter

????????????????????????????????????
Dans un texte publié dans Le Point, le frère de Mohammed Merah dénonce la progression de l’islam politique et lance un appel à défendre les valeurs républicaines.

Abdelghani Merah s’est largement engagé dans un combat contre la violence. En avril dernier, il a témoigné contre sa famille lors du procès contre son frère Abdelkader. Comment ignorer le message de cet homme qui a vu son entourage basculer dans la violence ? Abdelghani Merah explique pourquoi il faut défendre les valeurs républicaines comme rempart contre ceux qu’il nomme « les prédateurs religieux ». Considérant qu’on ne peut être tenu pour responsable de son patronyme, nous lui ouvrons aujourd’hui nos pages.

Je m’appelle Abdelghani Merah et je suis le frère du tristement célèbre Mohammed Merah. Je veux aujourd’hui lancer un appel : notre laïcité et notre cohésion sociale sont menacées par un islam politique et sectaire qui ne parle qu’en son nom, un islam dévoyé qui ne représente pas les musulmans français, qui, on l’oublie parfois, sont si nombreux à aimer et à respecter la République.

Il faudrait être aveugle pour ne pas voir l’évidence : ce problème s’aggrave de jour en jour, quoi qu’en disent les porte-parole autoproclamés. Si je n’ai pas suivi la voie de mon frère, c’est parce qu’il y avait en moi cette croyance : liberté, égalité et fraternité. J’y croyais. Et j’y crois encore. Je crois à une France où la police serait perçue comme une protection et non comme un ennemi à abattre. Une France qui aurait à cœur de protéger sa jeunesse des prédateurs religieux, notamment grâce à une école républicaine fière de ses valeurs. Une France qui ne laisserait pas dormir dehors des vieux, des femmes et des enfants.

Certains politiques semblent aujourd’hui inconscients – ou font mine de ne pas le voir – du danger qui plane sur la France, je veux parler de l’islamisme et de tous les obscurantismes qui se font concurrence sur la misère et le dénuement. J’ai voulu marcher pour témoigner, pour que jamais on n’oublie les victimes de Mohammed Merah, ces trois militaires, comme ses insoutenables assassinats perpétrés sur des enfants et un père, parce que juifs. Pendant ce terrible mois de mars 2012, mon frère a semé les graines d’une guerre contre les valeurs de la République. Ces graines ont germé et je suis aujourd’hui saisi d’effroi lorsque je vois de jeunes Français servir les bourreaux de Daech, attaquer leurs propres valeurs, leurs propres amis, au prétexte qu’ils vivraient dans un pays dans lequel ils n’ont jamais pu, ou su, se reconnaître.

Tant que la devise inscrite au fronton de toutes les mairies ne sera pas celle de tous les enfants de la République, où que l’on habite dans le moindre recoin de ma très chère France, rien ne changera. Il y a dans nos quartiers des sacrifiés du modèle social français pourtant fidèles à la France… Aidons-les à nous aider ! C’est ensemble que nous pourrons gagner ce combat contre les idéologies mortifères. Il faut lutter contre l’islamisme et ceux qui le propagent, des Frères musulmans aux mouvances wahhabo-salafistes.

Cette préoccupation personnelle peut, je le crois sincèrement, être celle de tout un pays sans que le moindre débat tourne à l’affrontement des identités qui s’exacerbent. Simplement, n’oublions jamais que l’islamisme, dans les pays où il a prospéré, n’a apporté que mort et désolation. Les Algériens, qui ont payé le lourd tribut de 200 000 morts savent de quoi il en retourne. Algériens, Tunisiens, Marocains, Français… n’oubliez jamais que ceux qui ont tué les vôtres étaient proches des Frères musulmans et des mouvances wahhabites. N’oubliez pas non plus que la laïcité n’est pas une religion, mais bien un rempart contre l’extrémisme.

Je veux aussi adresser ce message au président Macron : sachez que de nombreux Maghrébins se battent, dans l’ombre, contre ces phénomènes religieux, malgré la peur et le sentiment terrible d’abandon qui peuvent étreindre certains. Notre part de vérité tient dans notre amour pour la France. En dénonçant depuis tant d’années le danger des prédicateurs incontrôlés, nous n’avons eu de cesse d’alerter sur l’action sournoise de ceux qui sont en train de voler le cœur des Français, le cœur de ceux qui sont partis en Syrie combattre leur propre pays, comme le cœur de ceux qui, demain, se tourneront vers des partis xénophobes et populistes qui ne savent que se nourrir de la colère.

Abdelghani Merah

Source lepoint

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*