Shabbat, tu peux manger une pizza…mais pas avoir le code WiFi du restau…

Abonnez-vous à la newsletter

En Israël on rigole bien pas de doute là-dessus! Je vais vous raconter ce qui m’est arrivé ce samedi (shabbat!!) à côté de Jérusalem, j’en ris encore.

Je suis arrivée jeudi à Jérusalem, ville que j’aime, où j’ai vécu, et ou deux amis du temps de la fac vivent encore. Le Vendredi et le samedi, elles ne travaillent pas, et on peut kiffer ensemble.

Ce samedi, grande balade dans les alentours. On commence par aller acheter du vin dans une cave « Sea Horse Winery » à Bar Giora, en avant-première: bon vin, et propriétaires très sympathiques, allez-y de la part de Brigitte si vous en avez l’occasion.

Puis visite d’une magnifique grotte, Mearat Hanetifim, également appelée grotte de Soreq ou grotte d’Avshalom, découverte dans les carrières qui surplombent Bet Shemesh lors d’une explosion provoquée dans la roche pour obtenir des pierres de construction, et laissant apparaître des stalactites.


Après toutes ces promenades, il était temps de manger, et cap vers un restaurant doté d’une terrasse d’où l’on a une vue exceptionnelle : Bar BaHar. On commande à boire et à manger, salade et pizza, et en manque de connexion, je vérifie et vois qu’il y a trois points de connexion WiFi, dont 2 ont l’air ouverts au public, avec un code d’accès.

Comme je le fais chaque fois que je suis dans un café ou un restau, je demande à une serveuse le code de connexion. Pas simple. Elle demande à son chef qui se tourne vers moi et refuse. Je demande pourquoi, et la réponse m’a juste sidérée : « parce que c’est shabbat« .

Mais oui, j’avais bien entendu, et vous avez bien lu : le restau est ouvert, fait la cuisine, des pizzas (délicieuses d’ailleurs), mais ils ne peuvent pas te filer les codes de la WiFi, parce que c’est SHABBAT.

J’avoue qu’après avoir été sidérée, j’ai explosé de rire, et on s’est dit qu’au moment de payer on dirait que non, on ne pouvait pas payer, parce que c’est SHABBAT, et on a continué à délirer sur ce thème.

Finalement on a payé, en faisant remarquer que franchement ce n’était pas bien d’encaisser notre argent pendant SHABBAT, mais bon, comme on le dit  chaque fois : chacun pratique bien comme il veut, et on s’en fout du moment qu’il ne nous casse pas vraiment les pieds….

Line Tubiana

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*