Étienne Chouard, figure écoutée des gilets jaunes, pris en flagrant délit de négationnisme

Ce blogueur influent, qui a notamment popularisé le référendum d’initiative citoyenne (RIC) chez les gilets jaunes, a multiplié les tergiversations face aux questions du « Média » sur la réalité des chambres à gaz.


Il préfère dire qu’il “n’y connaît rien”. Dans une interview diffusée par “Le Média” ce lundi 10 juin et qui fait depuis beaucoup réagir, le blogueur et militant Étienne Chouard a multiplié les tergiversations face à des questions sur la réalité de la Shoah, déclenchant des accusations de négationnisme à son encontre.

Celui qui avait acquis une certaine popularité en défendant le “non” au référendum de 2005 sur le traité constitutionnel européen via son blog, est aussi une personnalité particulièrement suivie par les gilets jaunes. Les vidéos explicatives de cet ancien prof d’économie sur le fameux référendum d’initiative citoyenne (RIC), une idée qu’il promeut depuis de nombreuses années, ont fait un carton sur les groupes Facebook du mouvement.

Mais comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article (à partir de 41″45), ses aspects les plus controversés refont à nouveau surface.

Sur le plateau du “Média”, alors qu’Étienne Chouard affirmait que le racisme, l’antisémitisme et le négationnisme constituent pour lui des “opinions”, le journaliste Denis Robert demande à brûle-pourpoint: “est-ce que tu as un doute personnel sur l’existence des chambres à gaz?”.

“Mais qu’est-ce que c’est que cette question?”, soupire d’abord le blogueur avant d’affirmer mollement: “ce n’est pas mon sujet, je n’y connais rien”. Devant les objections du journaliste, Étienne Chouard finit par lâcher: “je vais te dire ‘oui j’ai aucun doute’, parce que sinon je suis un criminel de la pensée”.

“Il y a un truc déconnant, tu vois, parce qu’on demande aux gens d’être sûrs sur un sujet qu’ils ne connaissent pas”, ajoute l’ancien professeur de lycée, alors que le génocide des Juifs est enseigné dès le CM2, en plus d’avoir fait l’objet d’une incommensurable production d’études scientifiques et de témoignages sous toutes les formes, à commencer par le célèbre documentaire Nuit et Brouillard, cité par l’un de nos confrères sur le plateau du “Média”.

“Pas fréquentable” pour Attac

Ces atermoiements sur une réalité historique ont provoqué plusieurs condamnations. “Insupportable négationnisme d’Étienne Chouard. Insupportable injure aux 6 millions de victimes de la Shoah. À vomir. Le négationnisme est un délit”, a réagit la député LREM suppléante Élise Fajeles, ajoutant que “cet homme doit être condamné”.

“Voici notamment pourquoi Étienne Chouard ne fait pas partie des personnes fréquentables pour nous”, a relevé, pour sa part, l’organisation Attac. Un rappel révélateur issu des cercles altermondialistes alors que le discours d’Étienne Chouard, critique à l’égard des élites et des grandes institutions tout en appelant à la démocratie directe, a parfois séduit tout en divisant la gauche radicale.

“Le référendum d’initiative citoyenne a fleuri. Oh, il n’a pas fleuri par hasard. Il a fleuri parce que des hommes de conviction – nommons-les, Etienne Chouard et ses amis – ont semé, ont arrosé depuis des années”, affirmait par exemple François Ruffin, en décembre 2018. Quelques jours plus tard, le député insoumis se rétractait en admettant que cet hommage était une “erreur”.

Alain Soral, un “résistant”

Étienne Chouard n’en est pas à sa première polémique sur ces sujets. En 2014, il avait qualifié l’essayiste d’extrême droite Alain Soralcondamné depuis pour négationnisme, de “résistant”. “Pour moi, Alain Soral est à gauche parce qu’il se bat contre les privilèges. C’est un résistant”, affirmait Chouard, qui s’était ensuite longuement expliqué sur son blog.

En avril dernier, au micro de Sud Radio, le blogueur réaffirmait aussi son refus de la pénalisation de l’antisémitisme, en déclarant qu’il devrait avoir le droit d’être antisémite.

Vous trouvez que la liberté de ne pas aimer une religion est très importante. Mais quand BHL me traite d’antisémite – même si j’étais antisémite, ce qui n’est évidemment pas le cas… Mais même si j’étais antisémite, je devrais avoir le droit d’être antisémite. De la même manière que je devrais avoir le droit d’être islamophobe, ou christianophobe”, ajoutait Etienne Chouard.

Source huffingtonpost

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*