Einstein : plutôt avoir honte de l’ignorer que d’apprendre l’hébreu

À l’approche du 140e anniversaire d’Albert Einstein, que l’on fêtera le 14 mars prochain, l’Université hébraïque de Jérusalem a annoncé mercredi qu’elle avait obtenu une « magnifique » collection de manuscrits du célèbre physicien. Des archives qui apportent un nouvel éclairage sur la vie du prix Nobel de physique (1921).


Ces documents récemment acquis avaient appartenu à Ernst Straus, ancien assistant d’Einstein et collègue mathématicien. Après sa mort en 1983, la famille de Straus les a vendus à un antiquaire de New York. Ils ont ensuite été récupérés par un collectionneur privé de Chapel Hill, Gary Berger.

La Crown-Goodman Family Foundation a récemment acquis les 110 documents, dont la plupart n’ont jamais été exposées au grand public. La fondation a ensuite doté l’Université hébraïque de cette jolie collection. Elle se compose principalement d’équations manuscrites et de lettres personnelles écrites en allemand.

« Pour les historiens des sciences, ces manuscrits sont très importants, car on peut voir qu’il a barré quelque chose ou qu’il a changé de piste, c’est très intéressant de découvrir la façon qu’ Einstein avait de travailler », a déclaré le professeur Hanoch Gutfreund, directeur académique des archives Einstein.

Roni Grosz, conservateur des archives Albert Einstein de l’Université hébraïque de Jérusalem, a qualifié les documents de « trouvailles rares ». Bien que le contenu de nombreux documents soit déjà connu des chercheurs, « les originaux sont un toujours un ajout très spécial à une collection ».

“La correspondance d’Einstein est un joyau”

« Dans chacune des lettres échangées entre Einstein et son ami de toujours Michele Besso, les deux hommes font référence à quelque chose de scientifique. Mais ils partagent toujours quelque chose de personnel au sujet de leur famille », a affirmé Gutfreund. « Ils échangent aussi très souvent sur leur identité juive. »

Dans une des lettres datant de 1951, Einstein affirme, avec une once de sarcasme, qu’il avait, en tant que « saint juif, honte de ne pas connaître l’hébreu ». « Mais je préfère avoir honte plutôt que de l’apprendre », reprend-il.

« Cinquante années de recherche, et je ne comprends toujours pas la nature des particules lumineuses » confie-t-il ensuite dans cette même lettre

Dans les années 1930, Einstein, ne se sentant plus en sécurité en Allemagne, s’installe aux États-Unis après un court séjour sur la côte belge. Dans une lettre envoyée à son fils Hans Albert en 1935, le physicien exprime sa consternation devant l’oisiveté des États européens face au renforcement de l’armée nazie.

« L’armement allemand est certes extrêmement dangereux, mais le reste de l’Europe commence enfin à se réveiller, à prendre la chose au sérieux, en particulier les Anglais », a écrit Einstein. « S’ils avaient sévi plus durement un an et demi plus tôt, tout cela aurait été mieux et plus facile pour tout le monde. »

Einstein a contribué à la création de l’Université hébraïque de Jérusalem et a été membre de son conseil d’administration. Après sa mort en 1955, il a laissé la plupart de ses archives – plus de 82 000 articles, allant des manuscrits à ses disques de musique – à l’école.

Source actualitte